Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Calimero Parabellum

chronique

Éloge du tabouret

15 Janvier 2022 , Rédigé par Calimero Publié dans #Chronique

Quoi de plus fatigant que de persister à être soi-même. C'est comme être assis toujours sur le même tabouret. Un tabouret bien orienté, positionné de telle sorte que tout ce qui est nécessaire à nos habitudes soit à portée de main. La plupart des gens font corps avec leur tabouret. Il y a des exceptions. Les rois préfèrent la hauteur du trône. Les cinéphiles l'inconfort du strapontin. Les jouisseurs l'étendue du divan. On raconte même qu'Heliogabale n'a jamais connu la position verticale. Les 18 ans qu'il a passés allongés sur sa couche expliqueraient qu'il n'a pu fuir le couteau qui l'egorgea. Car enfin, un jour où l'autre, quelque soit le siège, l'envie vient de se lever et d'aller voir ailleurs. 

C'est pourquoi l'homme un jour crée un compte Insta ou Twitter. Il choisit comme photo de profil une saucisse de Morteau, ou un autodafé nazi, et il entre dans la peau d'un autre homme. Il travestit son tabouret en trône de fer, de Saint-Pierre, ou d'Angleterre, et s'en va à l'assaut du monde. Ou de ce qu'il en imagine. De ce désir de mue est né le comédien, l'écrivain, et la voyante. Mais sur les réseaux, pas besoin de travail ni d'accessoires. Un téléphone suffit. Le flic devient Zorro, l'adolescent Superman, le retraité Napoléon. Du moins c'est ce qu'ils espèrent. Car en réalité, ils sont tous le même personnage ascétique, délateur et irascible. Désintéressé (car ce personnage invective pour le seul plaisir de la chose). Inconsolé. Cruellement anonyme. 

 

"Je sais pourquoi là bas le volcan s'est rouvert..." prévient le poète. Mais l'homme, derrière son écran, après un flot invectives et dans un éclair de conscience, constaté être sorti de lui-même pour devenir un volcan ouvert et se demande pourquoi. Desenivré de son amertume, un peu gêné, honteux, il retourne sur son tabouret, dans le confort de ses habitudes. Le désir de mue lui reprendra demain, au mieux. Ou tout à l'heure. Dans cinq minutes, peut-être. Il y cédera encore. Il le sait.

 

 Et "de cendres soudain les réseaux sont couverts

..."

 

Lire la suite

L'hypothèse Homme

15 Janvier 2022 , Rédigé par Calimero Publié dans #Chronique

En 2021, l'Homme est devenu une hypothèse peu probable. Certains affirmeront que cette hypothèse est valide. Sur la foi de quelques tweets, ils assureront que l'homme est chauve, avec une tête de savant, qu'il parle devant un micro. D'ailleurs, ils l'ont vu un soir à la télé annoncer aux autres hommes une meilleure façon de se protéger contre un virus en consommant son café assis dans les bistrots, et son sandwich debout sur le quai des gares. Et qui d'autre qu'un homme pour se soucier autant du savoir-vivre. 
Objection ! Méfiance ! Nous savons bien que tout excès de détails cache un mensonge. S'il suffisait pour exister de passer à la télé et dire aux autres hommes comment se comporter, alors il ne faudrait plus douter de l'existence de Raoult, de Raël ou de Royal.
Non. L'Homme qui a meublé de bruit et de fureur cinquante siècles d'histoire est une hypothèse de moins en moins probable. Il a été à l'origine un besoin, comme l'unité imaginaire en mathématiques, ce "i" dont le carré est égal à -1. Une hypothèse de travail. Les écrivains sérieux s'en sont passés : Vautrin et Rubempre, Javert et Valjean, Swann et Charlus, Phèdre et Bérénice,... tous les auteurs ont invalidé l'hypothèse Homme. Trop contradictoire. Trop improbable.
Le XXeme siècle a décidé de s'en passer définitivement. Les peintres les ont remplacés par des tâches. Les compositeurs les ont chassés avec des valses plus que lentes, et des jeux d'eau inondant. Jusqu'à ce qu'un Reich les supprime purement et simplement. "Ce ne sont pas des hommes" ordonnait-il. Le projet n'a pu aller tout a fait jusqu'à son terme. L'homme a craint alors de redevenir une hypothèse. Mieux valait devenir autre chose : une croyance, une nationalité, une sexualité. Des refrains anciens lui rappellent aujourd'hui avec insistance que le statut d'hypothèse est dangereux. Alors, pour sa survie, l'homme oeuvre à rester plus que tout peu probable.

 

Lire la suite